Réorientation, transfert d’entreprise, récession : l’équipe de Groupe Meloche semble résister à tout. Aujourd’hui, 150 employés font maintenant partie de cette famille dont le chiffre d’affaires annuel dépasse les 45 M$. Portrait.

L’histoire de l’entreprise campivallensienne n’en est pas une sans embûches. Elle a connu la fermeture de Dominion Textile, la crise de 1990, celle de 2009, la fermeture de Goodyear, la chute de l’industrie automobile et manufacturière, le 11 septembre 2011, la concurrence venue des pays à faibles coûts. La compagnie s’était notamment diversifiée dans le secteur des télécommunications et de l’automobile. Mais dans le milieu des années 2000, la deuxième génération de dirigeants a dû prendre des décisions stratégiques, agressives.

Il nous fallait choisir un secteur d’activités pour devenir les meilleurs dans notre domaine, Nous avons recentré notre production autour de l’aéronautique.

Groupe Meloche est aujourd’hui le fournisseur de certains des plus grands acteurs de cette industrie, comme Bombardier, GE Aviation, Pratt & Whitney et Safran. L’automatisation de ses procédés, la diminution des temps de montage et l’acquisition d’équipements multitâches les distinguent de la compétition. « On possède des machines et des procédés uniques au Canada », précise la vice-présidente Ressources humaines et Communications, Anne-Renée Meloche.

Et à moyen terme ? « Dans un horizon de cinq ans, nous voulons doubler notre chiffre d’affaires et accroître nos parts de marché à l’international, avance Hugue Meloche. On veut devenir l’un des plus importants intégrateurs aéronautiques au Canada. »

Groupe Meloche est notamment à la recherche d’opérateurs, de machinistes sur machines-outils à commandes numériques, de programmeurs CNC, de techniciens à la finition et d’inspecteurs.